ZEROMACHO ET L’ABOLITIONNISME

Patric Jean, porte-parole de Zéromacho, était vendredi soir, 8 novembre à 22h15, dans l’émission de Frédéric Taddéi sur France 2.
Madame Lévy s’y est faite apôtre de la sexualité morbide et du droit des hommes à leurs pulsions en son nom : au nom de la liberté… Et, au nom de la liberté, elle accusait de dictature morale les principes de respect des femmes pour lequel plaidaient la représentante de Osez le Féminisme et de Zéromacho. Elle se disait de droite : y aurait-il un lien pour elle ??…..
Le nouveau spot de Zéromacho, « Les “clients’’ » http://zeromacho.wordpress.com/2013/11/08/les-clients-spot-de-zeromacho-pour-abolir-la-prostitution/
Grâce aux « 343 salauds » autoproclamés (en réalité, seulement 19 signataires d’un manifeste publié par Causeur), nous sommes aujourd’hui 2.023, c’est-à-dire 141 de plus que le 30 octobre !
Quant à la loi, dont le vote est prévu à l’Assemblée nationale pour le 27 novembre, la seule disposition qui fasse débat est l’amende infligée aux prostitueurs : c’est pourquoi ce spot sera un outil dans les discussions.
Réponses de Zéromacho aux objections les plus fréquentes, sur la page http://zeromacho.wordpress.com/faq/
Vous pouvez voir le site rénové et notamment la page http://zeromacho.wordpress.com/nos-raisons/ avec d’excellentes raisons de signer le manifeste données par beaucoup d’entre vous.
À l’occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes (le 25 novembre), le collectif Abolition 2012, dont Zéromacho fait partie avec 54 autres associations, appelle à manifester à Paris le samedi 23 novembre à 14h30, place du 18 Juin 1940, à l’angle de la rue de Rennes et du boulevard du Montparnasse (métro Montparnasse).
« Il suffit que quelqu’un voie ce que ne voient pas les autres pour qu’un monde de différence, je devrais dire un gouffre, s’instaure, s’impose, se développe… Et c’est toujours le plus faible qui y tombe, dans ce gouffre.
« Et tout ce qui est mal vu, mal-entendu, conduit à des non-dits. Et, à trimballer des non-dits comme des membres amputés, on finit par ne plus se sentir, par ne plus savoir SE sentir. » (Jean-François Lermusieau – 02.2009)
Combien d’hommes baisent-ils sans vouloir aimer, sans désir d’amour sinon des sens ? Puis, pour la jouissance et la volupté, ils attachent leurs proies, se les attachent de toutes les manières possibles, en esclavages variés. Est-ce parce que leur mère, subtilement, en les sevrant, leur enseignent que toutes les autres femmes sont des putes et qu’ils n’auront jamais le droit d’en aimer une autre qu’Elle ? Ces pervers, on les trouve à tous les échelons de la société. Ils savent leur pouvoir facile sur l’amour, sur le besoin d’amour et de caresses de leurs proies (harems), un pouvoir hérité génétiquement du patriarcat multiséculaire et enseigné dans les pages de l’Histoire et des littératures à sa solde. Si j’affiche ce message, combien de personnes, femmes ou hommes, le trouveront-ils/elles vraisemblables ? (Victor KHAGAN)
“Tu aimes d’un amour qui veut donner pour être moins nu, alors que, souvent, les autres n’aiment que pour posséder, soumettre, maîtriser, se repaître… Tu es un amoureux, un amoureux incapable de s’aimer, dans un monde de bâfreurs, de gloutons aveugles que l’on gave pour leur faire oublier qu’ils sont déjà dans un abattoir.” (JF Lermusieau – Le carnaval des ogres)

Publicités

A propos TANGAKAMANU

Je suis né en 1950 dans le «Borinage de Van Gogh» (Belgique). Mon existence et mon épanouissement ont été tronqués par le vampirisme régnant à cette époque dans cette région (viols et maltraitance). Sans formation académique, j’ai exercé différentes activités professionnelles jusqu’en 1982. Après la rencontre avec mon épouse, Basque espagnole (deux enfants et 4 petits-enfants), je me suis installé à Madrid où j’ai écrit trois romans, un recueil de poèmes et un de nouvelles. Rentré au pays pour traiter une dépression nerveuse clinique, je me suis attaché à l’étude des traumas et à l’hypnose, sous la direction de professionnels. L’essentiel de mon analyse sociale et de mon travail d’écrivain s’attache à la conditions des personnes dites «rebelles homéostasiques » (Henri Laborit), soit aux individus que le besoin de survie (par dépendance affective, sociale ou morale) empêche de se libérer d’un entourage et /ou d’un conditionnement aliénant ou qui les asservit. Plusieurs romans ont vu le jour depuis et ont été publiés en France (Paris et Lille). Ce sont « Courte biographie de Gumersindo García », « Les chemins de l'aurore »; « Pacifico »; « Famille sans parole, famille sans joie ». « Contradictions d'une civilisation », « Au nom de l'amour » et « Journal d'un survivant clandestin » sont publiés comme essai, reportage et recueil d’articles. Mon recueil de poèmes « Tangakamanu » en est à sa 3° édition. Je suis convaincu que le féminisme est une stratégie incontournable dans la lutte contre le patriarcat et pour la protection de l'Enfance, contre les violences faites aux femmes et contre les trafics d'êtres humains. Ce féminisme égalitaire (3° mouvement) est la vraie révolution de notre époque, qui peut sauver Notre Monde, lui apporter l’harmonie et sauver l’Enfance.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s