Côte d’Ivoire : une mère condamnée à un an de prison ferme pour « complicité d’excision »

Très récemment, j’ai dû déployer les meilleurs arguments avec toute ma conviction pour dénoncer la criminalité de ces actes à une psy qui soutenait le respect dû à ces barbaries pour des motifs ethnologiques… Occidentale, universitaire, mère de famille, en charge de gérer des femmes traumatisées… L’obscurantisme n’est jamais loin et les mentalités perverses nichent jusqu’au cœur des associations de défense / solidarité avec les victimes. Conformisme social et peurs des dénonciations en tous genres étouffent les réalités dramatiques de millions d’êtres humains en souffrance tous les jours. Perversité, fascisme et cynisme règnent dans tous les milieux, groupes sociaux, sites de loisirs, d’éducation ou de production, sur tous les continents : personne n’est à l’abri et nous devons y rester vigilantEs, même avec de grands risques pour notre survie. Tel est le prix du militantisme : exclusions, menaces de mort, dénonciations calomnieuses, excommunications, manœuvres politiques, conspirations, médisances, haines et vengeances… y compris de la part de personnes qui aspirent publiquement à l’autor-ité d’actions sociales altruistes et « désintéressées ». LA TRANSPARENCE et LE MENSONGE sont comme le ballet de la lune et du soleil…

Blog du GAMS

Katiola (Côte d’Ivoire) – La mère d’une fillette de 4
ans a été condamnée à un an de prison pour « complicité d’excision » mercredi à Katiola, dans le nord de la Côte d’Ivoire, où les condamnations de ce genre sont rares, a constaté l’AFP.

La même peine, également assortie d’une amende de 360.000 francs CFA (550 euros), a été prononcée contre l’une de ses parentes, qui l’avait accompagnée le 11 mars pour confier la fillette à une exciseuse.

Une autre mère, dont la fillette de 5 ans a été mutilée dans le même village, a été relaxée. L’exciseuse, qui a pris la fuite, est recherchée par la police.

« C’est la sonnette d’alarme, la prochaine fois nous allons sévir », a menacé le procureur Hamed Diomandé. La peine prononcée est la plus faible prévue par l’arsenal juridique ivoirien.

« C’est la deuxième fois que nous condamnons des exciseuses. Et pourtant le phénomène continue. Malgré…

View original post 232 mots de plus

Publicités

A propos TANGAKAMANU

Je suis né en 1950 dans le «Borinage de Van Gogh» (Belgique). Mon existence et mon épanouissement ont été tronqués par le vampirisme régnant à cette époque dans cette région (viols et maltraitance). Sans formation académique, j’ai exercé différentes activités professionnelles jusqu’en 1982. Après la rencontre avec mon épouse, Basque espagnole (deux enfants et 4 petits-enfants), je me suis installé à Madrid où j’ai écrit trois romans, un recueil de poèmes et un de nouvelles. Rentré au pays pour traiter une dépression nerveuse clinique, je me suis attaché à l’étude des traumas et à l’hypnose, sous la direction de professionnels. L’essentiel de mon analyse sociale et de mon travail d’écrivain s’attache à la conditions des personnes dites «rebelles homéostasiques » (Henri Laborit), soit aux individus que le besoin de survie (par dépendance affective, sociale ou morale) empêche de se libérer d’un entourage et /ou d’un conditionnement aliénant ou qui les asservit. Plusieurs romans ont vu le jour depuis et ont été publiés en France (Paris et Lille). Ce sont « Courte biographie de Gumersindo García », « Les chemins de l'aurore »; « Pacifico »; « Famille sans parole, famille sans joie ». « Contradictions d'une civilisation », « Au nom de l'amour » et « Journal d'un survivant clandestin » sont publiés comme essai, reportage et recueil d’articles. Mon recueil de poèmes « Tangakamanu » en est à sa 3° édition. Je suis convaincu que le féminisme est une stratégie incontournable dans la lutte contre le patriarcat et pour la protection de l'Enfance, contre les violences faites aux femmes et contre les trafics d'êtres humains. Ce féminisme égalitaire (3° mouvement) est la vraie révolution de notre époque, qui peut sauver Notre Monde, lui apporter l’harmonie et sauver l’Enfance.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s