La dernière lettre de Reyhaneh à sa mère Shole Pakravan (français et anglais)

Sans Compromis

La lettre poignante, écrite en avril mais diffusée seulement ce week-end, a été écrite par Reyhaneh Jabbari, 26 ans, à sa mère Sholeh Pakravan, qui avait demandé aux juges d’être pendue à la place de sa fille pour le meurtre de Morteza Abdolali Sarbandi, un ancien agent de renseignement.

Dans cette dernière lettre à sa mère, Reyhaneh lui demande de s’assurer que tous ses organes soient donnés après sa mort.

Les militants ont déclaré que Pakravan avait été autorisée à voir sa fille pour la dernière fois pendant seulement une heure la semaine de son exécution et qu’elle avait été informée de sa mort imminente par une note, quelques heures avant.

Reyhaneh Jabbari RIP loin de tes tortionnaires et de tes bourreaux.

LIRE : L’iranienne Rayhaneh Jabbari a été exécutée

Voici la lettre publiée dans son intégralité, traduite de l’anglais. De Reyhaneh à sa mère  :

Sans titre

Chère Sholeh, aujourd’hui j’ai appris que c’est à mon tour de faire face…

View original post 2 276 mots de plus

Publicités

A propos TANGAKAMANU

Je suis né en 1950 dans le «Borinage de Van Gogh» (Belgique). Mon existence et mon épanouissement ont été tronqués par le vampirisme régnant à cette époque dans cette région (viols et maltraitance). Sans formation académique, j’ai exercé différentes activités professionnelles jusqu’en 1982. Après la rencontre avec mon épouse, Basque espagnole (deux enfants et 4 petits-enfants), je me suis installé à Madrid où j’ai écrit trois romans, un recueil de poèmes et un de nouvelles. Rentré au pays pour traiter une dépression nerveuse clinique, je me suis attaché à l’étude des traumas et à l’hypnose, sous la direction de professionnels. L’essentiel de mon analyse sociale et de mon travail d’écrivain s’attache à la conditions des personnes dites «rebelles homéostasiques » (Henri Laborit), soit aux individus que le besoin de survie (par dépendance affective, sociale ou morale) empêche de se libérer d’un entourage et /ou d’un conditionnement aliénant ou qui les asservit. Plusieurs romans ont vu le jour depuis et ont été publiés en France (Paris et Lille). Ce sont « Courte biographie de Gumersindo García », « Les chemins de l'aurore »; « Pacifico »; « Famille sans parole, famille sans joie ». « Contradictions d'une civilisation », « Au nom de l'amour » et « Journal d'un survivant clandestin » sont publiés comme essai, reportage et recueil d’articles. Mon recueil de poèmes « Tangakamanu » en est à sa 3° édition. Je suis convaincu que le féminisme est une stratégie incontournable dans la lutte contre le patriarcat et pour la protection de l'Enfance, contre les violences faites aux femmes et contre les trafics d'êtres humains. Ce féminisme égalitaire (3° mouvement) est la vraie révolution de notre époque, qui peut sauver Notre Monde, lui apporter l’harmonie et sauver l’Enfance.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s