Ces 5 blessures émotionnelles qui nous font porter des masques

Pépites

Ces 5 blessures émotionnelles qui nous font porter des masques

Pourquoi ne sommes-nous pas toujours capables d’exprimer ce que nous sommes et avons de meilleur? Pourquoi répondre agressivement à une personne, juger durement sans prendre en considération son point de vue, avoir peur de l’amour, accorder une mauvaise intention à l’autre parce que son propos nous dérange, se méfier des actes qui semblent désintéressés et autres attitudes de résistance sans même vérifier?

La méconnaissance de ces émotions ou blessures a des impacts majeurs sur notre quotidien. On y retrouve donc le rejet, l’injustice, l’humiliation, l’abandon et la trahison.

Chacune d’elle amène à se forger un masque au fil du temps qui s’installe à une période de l’enfance.  On peut avoir des variantes par contre dans l’importance qui nous affecte personnellement pour chacune d’entre elles.

On peut avoir le rejet faiblement et l’abandon plus haut, c’est en ajustement constant en fonction de notre vie. Plus on prend conscience de notre intérieur…

View original post 399 mots de plus

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

– « Amnesty International est une organisation néo libérale et capitaliste »

Si les gens d’Amnesty International se souciaient réellement de mettre fin à la traite des êtres humains, ils voudraient mettre fin à la demande

par ELIZABETH PICKETT sur le site FeministCurrent.com

 amnesty redo

Illustration : Affiche d’une campagne anti-traite d’Amnesty International

Je vais me risquer à une hypothèse et dire que la plupart des gens qui lisent ceci ne croient pas que les hommes ont un droit fondamental d’accéder aux corps des femmes à des fins de gratification sexuelle, soit par contrainte ou la violence. J’étais cependant beaucoup plus confiante en la popularité de cette proposition avant qu’Amnesty International adopte une politique préconisant la décriminalisation des proxénètes et des clients (en août dernier et, définitivement, la semaine dernière), mais mon pari est que, même en regard de cette politique, Amnesty appuierait au moins ce principe du bout des lèvres, et ce parce que cette organisation affirme ne sanctionner que la…

View original post 2 239 mots de plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

– Montréal : Las Vegas au Canada…

Le commerce du sexe révèle que Montréal est une plaque tournante de la prostitution

par MEGHAN MURPHY, le 19 mai 2016

13293365_10154012368086418_1696552846_n

 sex_tradeMontréal est-il le Las Vegas canadien? Un film d’Ève Lamont intitulé Le commerce du sexe (The Sex Trade) révèle que la situation au Québec est bien pire que beaucoup le croyaient (y compris moi) : Plus de femmes sont vendues en prostitution à Montréal que partout ailleurs en Amérique du Nord.

Lamont interviewe des proxénètes, des clients-prostitueurs, des propriétaires de clubs de danseuses, un policier-enquêteur, des producteurs de porno, et, bien sûr, les femmes qui font ce boulot dans les clubs, les salons de massage, dans la rue, et dans des appartements et des hôtels de « la belle province ». Un agent de police explique que Montréal affiche 30 clubs de striptease et 200 salons de massage, sans parler des « escortes » et de la prostitution de rue. La traite et…

View original post 1 602 mots de plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

– Prostitution : « cherchez à qui profite le crime… »

« Ce week-end a été l’un des moments les plus douloureux de ma vie », a déclaré Alisa Bernard de l’Organization for Prostitution Survivors, qui a assisté à la conférence d’Amnesty avec sept autres survivantes. « J’ai trouvé insupportable de voir des prostitueurs anonymes et des proxénètes à l’allure de chefs d’entreprise se succéder au micro pour vanter des notions toxiques comme l’autonomisation par la prostitution. Beaucoup de membres d’Amnesty nous ont manifesté leur solidarité, mais la direction de l’organisation a manifestement préféré se rallier à l’industrie du sexe. »

La photo provocatrice affichée en bannière de l’article de Bazelon met l’accent sur des « travailleuses et travailleurs du sexe » autoidentifiéEs qui sont surtout de race blanche et diplômés ; Bazelon reconnaît que ces personnes ne représentent qu’une minuscule portion de la population achetée dans le commerce du sexe : il s’agit des « 1% » qui se prostituent en dilettantes et peuvent choisir de vendre des services de domination, qui excluent généralement un envahissement sexuel par les acheteurs. Ce groupe diffère grandement de la grande majorité des femmes, pour la plupart des femmes de couleur, vendues par des exploiteurs brutaux qui leur imposent des quotas quotidiens de pénétrations ; des femmes achetées par des hommes dont les « rendez-vous » tarifés infligent impunément douleur, souffrance et déshumanisation à ces femmes.

Les récits que nous livrent les sujets interviewés par Bazelon, y compris sur les clips vidéo du NYT qui accompagnent l’article, sont navrants. Beaucoup évoquent leur fragilité et leur épuisement, témoignent du proxénétisme exercé par des partenaires intimes, racontent la brutalité et le harcèlement des policiers, l’isolement social, la pauvreté, la discrimination, l’absence de choix viables et leur souhait que personne d’autre n’ait jamais à faire ce « travail ». Il nous faut tenir compte des itinéraires qui les ont amenés dans le commerce du sexe, une industrie impitoyable qui se nourrit d’agressions sexuelles infligées dès l’enfance, de violence conjugale et d’autres facteurs de vulnérabilité extrême. Nous devons appeler les gouvernements à offrir à ces personnes des services et des stratégies de sortie, et à décriminaliser celles qui vendent des actes sexuels, comme vient de le faire la France.

Le New York Times endosse-t-il la légalisation de la prostitution ?

article du 16/05/2016

par Taina Bien-Aimé

Directrice générale de la Coalition contre la traite des femmes (CATW)

LEBANON-SYRIA-CONFLICT-PROSTITUTION-SOCEITY A Syrian sex trafficking victim smokes a cigarette at her safehouse at an undisclosed location in Lebanon on April 13, 2016, after she fled a brothel in Lebanon where she was being held captive. Lebanese security forces busted a sex trafficking ring involving 75 Syrian women trafficked to Lebanon from their country and forced into prostitution. / AFP / STRINGER (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images)

Légende de l’image : Le 13 avril 2016, une victime syrienne de la traite fume une clope dans la maison libanaise de transition où elle s’est réfugiée après avoir fui un bordel du Liban où elle était retenue captive. Les forces de sécurité libanaises ont démantelé un réseau de traite d’êtres humains qui avait…

View original post 1 777 mots de plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

W.Allen : 47 nuances de domination masculine

A dire d'elles

Ecrire sur Woody Allen. Dur. D’abord, quand on a été fan. Et qu’on se réjouissait tous les ans de la sortie de ses nouveaux films. Manhattan, Annie Hall, Stardust Memories, Radio Days, Zelig, La rose pourpre du Caire, Another Woman…mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, alors que sort sont 47e film, « Café Society » à Cannes, voilà pourquoi je ne veux plus m’intéresser à l’oeuvre du réalisateur, reflet d’un société qui n’aime pas les femmes et les enfants, une société dont -justement- je ne veux pas.

la rose pourpre du CaireA une époque où, le réalisateur new-yorkais n’avait pas encore la cinquantaine, et semblait être encore dans le doute existentiel, pas dans la célébration du « plaisir dû aux hommes ». De Woody Allen, j’aimais l’auto-dérision permanente. Il se moquait en permanence de lui-même. Et en face, il y avait des personnages de femmes qui, si visiblement il ne les comprenait pas, avaient souvent plus l’air de savoir où…

View original post 1 632 mots de plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Pauvres hommes chinois !

RÉALITÉS DES DESTINÉES FÉMININES DANS LE MONDE

A dire d'elles

Capture d’écran 2016-03-13 à 10.35.54NB, si jamais ce n’était pas clair : ce texte n’attaque pas particulièrement la réalisatrice qui a fait un gros travail de reportage et espère certainement dénoncer une situation, ce que les dix dernières minutes font en partie. Mais c’est la « recette » de ce que, pour rendre un docu visible en patriarcat, il faut surtout qu’il présente le monde à l’envers. C’est le point de vue qu’il faut adopter pour faire accepter qu’on en parle  ou être « original ».

Vous voulez la recette d’un « bon documentaire » ?

Regardez : « la peine des hommes », en replay sur Arte. 

Un sujet vous intéresse : le déficit de femmes en Chine. Un bon sujet direz-vous ? Faire une vraie enquête de terrain, mettre à jour les violences faites aux femmes que cela entraîne (ce qui existe en vrai dans le film) ? Mais non, cela ne suffit pas. Comment le traiter pour que cela…

View original post 1 527 mots de plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le 8 mars vu par une irréductible féministe

8 mars, une éprouvante journée Published 08/03/2016 coup de gueule , Féminisme et société LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE POUR LES DROITS DES FEMMES S’ÉTEND DÉSORMAIS A 365 JOURS PAR AN

Source : Le 8 mars vu par une irréductible féministe

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire